Maintenant que tu as ton propre serveur de messagerie et que ce dernier est sécurisé avec du chiffrement dans tous les sens, qu'il est accessible de tout l'Interwebz sauf des maychamps pédo-nazi-terroristes, il est temps de botter le cul des vendeurs de pilules bleues !

Y a-t-il un pourriel dans la boîte ?

On va donc s'installer un petit anti-spam des familles, j'ai nommé Spamassassin. Une fois que tu l'auras installé (en suivant la merveilleuse documentation de ta distribution), il faut demander gentiment à Postfix de balancer les messages à ce dernier avant de faire une livraison.

On pourrait faire subtil en considérant que les messages en sortie (vers Internet) ne doivent pas repasser par l'anti-spam. Mais bon, la subtilité c'est pas vraiment le genre de la maison. Et puis, j'ai la flemme et ça a à peu près autant d'intérêt que d'essayer de se chatouiller les testicules avec le nez. On va donc tout faire passer par spamassassin sans réfléchir.

Donc, au niveau de Postfix, on remplace la ligne suivant du fichier /etc/postfix/master.cf :

smtp      inet  n       -       -       -       -       smtpd

Par :

smtp      inet  n       -       -       -       -       \
smtpd -o content_filter=spamassassin

On crée ensuite une directive spamassasin (correspondant en fait à une vulgaire commande) :

spamassassin unix -	n	n	-	-	pipe
	user=nobody argv=/usr/bin/spamc -f -e
	/usr/sbin/sendmail -oi -f ${sender} ${recipient}

Un démarrage de spamassassin et petit reload de Postfix et clic-clac merci Kodak, tout le monde doit retrouver ces petits. Pour en être sûr, un petit coup d'œil dans les logs devrait suffire.

Déterminer qui veut agrandir ton pénis

Je ne prétends pas faire un cours complet sur Spamassassin : on pourrait y passer des heures et pour une messagerie à usage strictement privée, tu ne devrais normalement pas recevoir des kilotonnes de pourriels. Néanmoins, pour assurer le minimum, je te conseille ces quelques lignes à placer dans le local.cf de Spamassassin :

required_hits 5
report_safe 1
rewrite_header Subject *****SPAM*****
use_bayes               1
bayes_auto_learn              1
ok_locales	fr
whitelist_from *@buttse.cx

Cette config permet de spécifier le langage « normal » que l'on utilise dans les messages, comment signaler les messages frauduleux, etc… Bref, c'est le minimum syndical mais si tu reçois beaucoup de chaînes de l'amour, il faudra sûrement ajouter pas mal de choses pour obtenir un résultat optimal.

Thèse, anti-thèse, foutaises

Cette petite série d'articles t'aura permis d'installer et de configurer un serveur de messagerie basique, simple et pourtant très efficace que tu pourras mettre au choix sur un serveur hébergé ou (mieux) dans ta maison personnelle appartenante ou (encore mieux) sur ta babasse personnelle à toi. Ça va te permettre de faire plein de choses rigolotes qu'on ne peut d'habitude pas faire chez les fournisseurs de messagerie habituels comme :

  • avoir un domaine de messagerie original et coquin ;
  • pouvoir créer des alias à la volée pour avoir des adresses « jetables » ;
  • assurer facilement la sauvegarde de ta messagerie ;
  • décider toi-même des quotas de messagerie, de la taille des messages, des limitations par dossier…

Si on voulait compléter encore le serveur, on pourrait y ajouter un système de listes grises, un anti-virus (parce qu'en plus de vouloir provoquer des érections, ils peuvent te refiler des saloperies !) et un Webmail (je recommande chaudement RoundCube, très facile à installer et à paramétrer). Mais là, on sortirait un peu du contexte « serveur de messagerie de base pour usage personnel », je te laisse donc farfouiller sur le net et je ne doute pas que tu trouveras un gentil singe qui t'expliquera tout ça tout bien.